Quid de la crème solaire

Le grand sujet de la crème solaire, vaste et compliqué ! Je vais essayer d’être assez claire et concise. C’est un sujet que j’ai beaucoup travaillé mais je reste ignorante sur bien des aspects, n’hésitez pas à compléter ! 😀

764837644_3eb04027a0_m
Lolilol, ce qu’on trouve sur le net !

La crème solaire, quelle efficacité ?

Un indice se calcule en fonction de la couleur de peau mais j’aurais tendance à dire que l’indice 30 doit être la base. Une crème solaire n’empêche pas de bronzer, elle diminue l’effet des UV et le bronzage mettra plus de temps à apparaitre mais avec moins de dommage pour la peau.

A tort, nous cherchons le plus fort indice partout pour nos petits bouts (et nous-mêmes). Il faut savoir que c’est avant tout une affaire marketing plus qu’autre chose étant donné les très faibles différences entre les indices 30 et 50. En effet, l’indice 30 va filtrer 96,67 % des rayons UVB, contre 98 % pour un produit FPS 50.

Ce qui compte le plus et qui fait toute la différence, c’est l’application et la fréquence. Il est prouvé qu’une diminution de 50 % de la dose à appliquer entraîne une diminution d’efficacité de 75 %. Mieux vaut donc une bonne noix de crème 30 toutes les deux heures qu’une petite dose d’indice 50 toutes les heures pour se protéger ! Les tests en labo pour mesurer les indices sont faits sur des très grosses couches de produits, normalement un produit solaire ne se garde qu’un seul été car on le finit rapidement.

Filtre chimique ou minéral ?

Il existe deux moyens de se protéger du soleil : en absorbant les rayons ou en les réfléchissant. Le filtre chimique va absorber les UV à la place de la peau, le terme chimique n’est pas du tout mauvais car son impact sur la santé est quasi nulle. Par contre, son impact environnemental est une catastrophe … Responsable de la mort des coraux (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2291018/), ils sont pour moi à bannir totalement.

Le filtre minéral quant à lui (souvent du zinc ou de titane) réfléchissent les UV et donc les renvoient. Très privilégiés par les marques bio qui ne peuvent utilisés le filtre chimique, c’est celui qui m’intéresse le plus car il a un impact écologique moindre (rien n’est écologique, si ce n’est vivre dans une grotte, et encore 😉 ).

Pour différencier les filtres quand on ne veut pas se farcir la liste des ingrédients, il suffit de regarder le mode d’emploi. Un filtre chimique doit être posé 30 minutes avant l’exposition alors qu’un filtre minéral agit immédiatement. Ce dernier a aussi la vieille consistance blanche qui fait des traces (mais ne détruit pas le corail, donc bon).

Certains écrans solaires (le 50+) combinent les deux filtres afin de proposer toute la protection possible.

19953941_b9861497a3_b

Quid des nanoparticules ?

Pour éviter la désagréable trace blanche et permettre à la crème de bien s’étaler, les chimistes ont recours aux nanoparticules de zinc ou de titane. Je ne peux pas expliquer ce que signifie cette étape, seulement les effets 😀

« Mais celles-ci sont sur la sellette du fait de leur ­petite taille, qui leur permet ­potentiellement de franchir des barrières biologiques, et de leur comportement imprévisible. Selon certaines études (pas ­toutes), les nanoparticules de dioxyde de titane pénètrent la barrière cutanée. « Étant donné les incertitudes sur le potentiel de pénétration ­cutanée et sur ­l’activité phototoxique, les risques ne peuvent pas être exclus », concluait l’Agence nationale de sécurité sanitaire en 2010. »

A éviter donc car c’est encore un sujet un peu bancal, comme toujours lorsque l’on fait de nouvelles découvertes. Les produits bio n’ont normalement pas le droit d’y avoir recours. Cependant, la détection des nanoparticules étant impossible, tout repose sur les déclarations des marques.

Les crèmes solaires spéciales bébés/enfants ?

C’est encore une fois un pur produit marketing, ce sont de simples crèmes solaires à indice élevé mais rien ne diffère des crèmes solaires basiques. En outre, le prix ne signifie rien et la provenance non plus : une crème de supermarché est aussi compétente qu’une crème de pharmacie. Seuls les excipients et les composants changent !

9452904678_b1d647aa15_h

Les meilleures crèmes

Loin de connaître toutes les crèmes du marché, je pense qu’il faut se tourner vers des produits bio si possible, en filtre minéral et sans nano (c’est inscrit dans la composition).

Voici une petite liste non exhaustive 😉

J’ai hésité à mettre le Lavera mais je trouve tout de même sa composition bien chimique malgré mon amouuuuur pour cette marque allemande 😉

Publicités

Mes essentiels soin pour bébé

Un article qui m’a été demandé : « qu’utilises-tu pour le soin de bébé ? » et je pense qu’il va décevoir par sa très grande simplicité car je n’utilise quasiment rien !

Un point sur sa peau : tendance sèche, eczéma récurrent et peau fine. Que du classique chez le jeune enfant ! J’ai pris le parti depuis (quasiment) sa naissance de partir sur du simple et du naturel (après avoir testé les Mustela & co …). On le baigne trois fois par semaine et débarbouillage quotidien 🙂

12988013_10209682714094265_234989498_n

  • Liniment oléo-calcaire : c’est la base du change ! Pipi ou caca, c’est toujours liniment avec lingettes lavables. Il n’a quasiment jamais d’érythèmes fessiers, coïncidence ou non ? Je préfère continuer avec ce mélange naturel d’eau de chaux et d’huile d’olive. J’en ai même fabriqué à l’huile d’abricot et je pense recommencer après ce flacon de Gilbert !

  • Crème Mitosyl : alors là, je ne suis pas du tout satisfaite mais après avoir testé des crèmes pour le change bio & co je reviens toujours à celle là qui est vraiment très efficace. Car s’il a très peu d’érythèmes, quand il en a c’est souvent combiné à de l’eczéma et absolument rien ne fonctionne … Des conseils ?

  • Savon de Marseille : en pain ou en liquide (tout neuf celui-là, à l’amande amère et vendu en vrac), je m’en sers pour lui laver les cheveux et le corps. Aucun souci, ça fait disparaitre l’eczéma en un rien de temps. Une belle alternative naturelle, encore faut-il faire attention à la composition de certains qui prennent l’étiquette de savon de Marseille en rajoutant des PEGs et autres … Merci l’arnaque.

 

  • Hydratant : en pot à la camomille (bio et vegan, marque allemande de DM) ou bien l’huile de tournesol d’Acorelle. Compositions parfaites, hydratation au top !

 

  • Eau : une vieille bouteille (que je vais remplacer par du verre ou de l’inox, matières recyclables à l’infini et n’empoisonnant pas l’eau) avec … de l’eau ! Pour le débarbouillage du visage et des mains le matin. Quand il a besoin d’une toilette entre deux bains c’est au liniment que nous le lavons 🙂

 

Vous remarquerez que rien n’est parfumé car j’aime bien trop son odeur personnelle de transpiration, chaleur  (et lait caillé quand il était tout petit). Il sent la bave et la crotte de nez ❤ et je ne souhaite rien d’autre !

Make up – Episode 1 : Le teint

Je vous propose une série de nouveaux articles sur le maquillage, une grande passion depuis plus de trois ans. Je lis et regarde quotidiennement des revues de maquillage, des tutos et teste dès que j’en ai l’occasion.

Commençons donc par le plus important : LE TEINT. Un maquillage des yeux peut être extraordinaire, il paraîtra sale et terne si le teint n’est pas bien fait ! Pour cela, il y a plusieurs étapes et surtout différents produits à manipuler.

Je vais donner des avis sur des produits que j’utilise en ce moment mais aussi sur des produits que j’ai utilisé et adoré mais que je n’ai pas racheté car  je voulais tester de nouvelles choses (et je ne suis pas Crésus) (et je ne veux pas surconsommer). J’ai de toutes les gammes de prix, du supermarché à la marque de grand luxe en passant par celle haut de gamme.

LE FOND – LA TOILE VIERGE Lire la suite de « Make up – Episode 1 : Le teint »